mercredi 3 octobre 2007

Pétition contre les tests ADN

Evénement Pétition contre les tests ADN QUOTIDIEN : mercredi 3 octobre 2007

http://www.touchepasamonadn.com

En instaurant des tests ADN pour prouver une filiation dans le cadre d' un regroupement familial, l'amendement Mariani, adopté par l'Assemblée nationale, fait entrer la génétique dans l'ère d'une utilisation, non plus simplement médicale et judiciaire, mais dorénavant dévolue au contrôle étatique.
Cette nouvelle donne pose trois séries de problèmes fondamentaux.
Tout d'abord, des problèmes d'ordre éthique. En effet, l'utilisation de tests ADN pour savoir si un enfant peut venir ou non rejoindre un parent en France pose d'emblée cette question : depuis quand la génétique va-t-elle décider de qui a le droit ou non de s'établir sur un territoire ? Au-delà, depuis quand une famille devrait-elle se définir en termes génétiques ? Sont père ou mère les personnes qui apportent amour, soins et éducation à ceux et à celles qu'ils reconnaissent comme étant leurs enfants.
Ensuite, cet amendement fait voler en éclats le consensus précieux de la loi sur la bioéthique qui éloignait les utilisations de la génétique contraires à notre idée de la civilisation et de la liberté. Enfin, cet amendement s'inscrit dans un contexte de suspicion généralisée et récurrente envers les étrangers qui en vient désormais à menacer le vivre ensemble. Car tout le monde s'accorde à dire que la fraude au regroupement familial ne peut être que marginale au regard des chiffres d'enfants annuellement concernés et au regard de l'absence de raison substantielle qu'il y aurait à frauder dans ce domaine. En effet, quelle étrange raison pousserait les immigrés à faire venir massivement dans notre pays des enfants qu'ils sauraient ne pas être les leurs ? Autrement dit, l'amendement instaurant les tests ADN n'a pas pour fonction de lutter contre une fraude hypothétique mais bien de participer à cette vision des immigrés que nous récusons avec force.
Nous sommes donc face à un amendement qui, sur les plans éthique, scientifique et du vivre ensemble, introduit des changements profondément négatifs. C'est pourquoi nous, signataires de cette pétition, appelons le président de la République et le gouvernement à retirer cette disposition, sous peine de contribuer, en introduisant l'idée que l'on pourrait apporter une réponse biologique à une question politique, à briser durablement les conditions d'un débat démocratique, serein et constructif sur les questions liées à l'immigration.


http://www.liberation.fr/actualite/societe/282261.FR.php
© Libération

Editorial Evénement Humanisme Par laurent joffrin QUOTIDIEN : mercredi 3 octobre 2007

Naissance d'un front républicain. La protestation contre l'usage de l'AD dans les procédures d'immigration enfle de jour en jour. Elle n'oppose plu droite et gauche, gouvernement et opposition, pro et anti UMP. Elle dépass ces catégories pour réunir tous ceux qui souhaitent le respect scrupuleu des principes républicains en France. La pétition de Charlie Hebdo initiée par Dominique Sopo, Philippe Val, Bernard-Henri Lévy et quelques autres, dont nous publions le texte dès aujourd'hui, en apporte la preuve éclatante. Voilà un appel qui réunit, parmi d'autres, Dominique de Villepin et François Hollande, Bernard Thibault et François Bayrou ou encore Raymond Aubrac et Ségolène Royal. Leur point commun? Un certain humanisme intransigeant qui récuse, au-delà des arguties techniques, le principe même du contrôle génétique.
Certes, d'autres pays le pratiquent (dans des conditions différentes toutefois). Certes, Brice Hortefeux a reculé sur certains points pour tenter de désamorcer l'opposition du Sénat. Certes, il existe effectivement des fraudes au regroupement familial, quoique impossibles à évaluer. Mais nous sommes maintenant passés, dans cette affaire, de la technique aux principes. La France a judicieusement encadré l'utilisation de la génétique à des fins de surveillance ou d'enquête. La science est, dans son application, étroitement limitée par le droit. C'est une faute cardinale que d'annuler ces précautions au détriment des étrangers. Qui n'y voit un traitement particulier, très clairement discriminatoire ? S'il garde un sou de jugeotte, Nicolas Sarkozy doit reculer au plus vite. Faute de quoi le front du refus s'élargira encore.


http://www.liberation.fr/rebonds/chroniques/editorial/282260.FR.php
© Libération


Evénement Les premiers signataires QUOTIDIEN : mercredi 3 octobre 2007

Isabelle Adjani, actrice. Raymond Aubrac, ancien résistant. François Bayrou président du Modem. Laurent Fabius, ancien Premier ministre. Dan Franck, écrivain. René Frydman, professeur de gynécologie-obstétrique. Raphaë Haddad, président de l'UEJF. François Hollande, premier secrétaire du PS Lionel Jospin, ancien Premier ministre. Axel Kahn, généticien. Bernard-Henr Lévy, philosophe. Pierre Mauroy, ancien Premier ministre. Jean-Claud Mailly. Jeanne Moreau, actrice. Patrick Pelloux, médecin urgentiste Ségolène Royal, présidente de Région. Jorge Semprun, écrivain, homm politique espagnol. Dominique Sopo, président de SOS Racisme. Franci Spizner, avocat à la cour. Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT Lilian Thuram, footballeur professionnel. Philippe Val, directeur de Charli Hebdo. Dominique de Villepin, ancien Premier ministre. Mouloud Achour journaliste. Gabriel Aghion, auteur-réalisateur. Akhénaton, chanteur Princess Aniès, chanteuse. Lisa Ansaldi, chanteuse. Gérard Aschieri secrétaire général de la FSU. Olivier Assayas, cinéaste. Jean-Christoph Attias, directeur d'études à l'EPHE. Yves Azeroual, producteur. Josian Balasko, comédienne. Céline Balitran, actrice. Bénabar, chanteur. Esthe Benbassa, directrice d'études à l'EPHE. Ghaleb Bencheikh, président de l Conférence mondiale des religions pour la paix. Samuel Benchetrit, écrivai et réalisateur. Pierre Bergé, entrepreneur en confection. Charles Berling acteur. Olivier Besancenot, porte-parole de la LCR. Dominique Besnehard producteur. Serge Bilé, journaliste. Michel Boujenah, humoriste. Male Bouti, secrétaire national du PS. Clémence Boulouque, écrivain. Marie-Georges Buffet, secrétaire nationale du Parti communiste français. Stom Bugsy, chanteur. Michel Cantal-Dupart, urbaniste. Patrice Caratini, musicien Stéphanie Chevrier, éditrice. Elie Chouraqui, cinéaste. Dominique Coubes directeur de théâtre. Didier Daeninckx, écrivain. Gérald Dahan, humoriste Marie Darrieussecq, écrivain. Mohamed Dia, entrepreneur en confection Michel Delpech, chanteur. Harlem Désir, député européen. Jean-Yve Dupeux, avocat à la cour. Frédéric Encel, géopolitologue. Thomas Fersen chanteur. Geneviève de Fontenay, présidente du Comité Miss France. Alai Franck, auteur dramatique. Romain Goupil, réalisateur. Patrick Gonthier secrétaire général de l'UNSA Education. Jean-Claude Gayssot, ancie ministre. Stéphane Guyon, humoriste. Sihem Habchi, présidente de Ni pute ni soumises. Mimouna Hadjam, porte-parole d'Africa 93. Gisèle Halimi ancienne ambassadrice, avocate à la cour. Clara Halter, sculptrice. Mare Halter, écrivain. Pierre Henry, directeur général de France Terre d'Asile Alain Jakubowicz, avocat à la cour. Marianne James, chanteuse e comédienne. Bruno Julliard, président de l'UNEF. Anousheh Karvar secrétaire nationale de la CFDT chargée des questions de société. Patric Klugman, avocat à la cour et vice-président de SOS Racisme. Valérie Lang comédienne. Claude Lanzmann, réalisateur. Yvan Le Bolloch, comédien Claude Leroy, entraîneur sportif. Pierre Lescure, journaliste. Makobé chanteur. Tristan Mendès France, blogueur. Sofia Mestari, chanteuse. Gérar Mordillat, écrivain et cinéaste. Benjamin Morgaine, humoriste. Ann Mouglalis, actrice. Stéphanie Murat, productrice. Alain Olive, secrétair général de l'UNSA. Omar et Fred, humoristes. Jack Ralite, sénateur. Jean-Michel Ribes, auteur-metteur en scène. Firmine Richard, actrice. Anne-Gaëlle Riccio, présentatrice. Philippe Robinet, éditeur. Elisabet Roudinesco, écrivain. Bruno Salomone, humoriste. Myriam Seurat journaliste. Yves Simon, écrivain Smaïn, humoriste. Rémy Skoutelsky historien. Amanda Sthers, écrivain. Fodé Sylla, membre du Conseil économique et social. Abdou Tahari Chaoui, président de la Fédératio nationale des maisons des potes. Christiane Taubira, députée. Niel Tavernier, cinéaste. Sylvie Testud, actrice. Philippe Torreton, comédien Jean Vautrin, écrivain. Dominique Voynet, sénatrice. Lambert Wilson comédien. Et toute l'équipe de Charlie Hebdo


http://www.liberation.fr/actualite/societe/282262.FR.php
© Libération

Aucun commentaire: